Stat och HVB


Dela den här artikeln med dina vänner:

Här är en artikel som är lite gammal men förmodligen fortfarande relevant.



Nyckelord: HVB, HVP, vegetabiliskt oljebränsle, diesel, skatt, tipp, ademe, stat, pengar.

Dans la région d’Agen, une centaine de voitures roule depuis plusieurs années avec l’huile végétale brute (HVB) de Valénergol (Valorisation énergétique des oléagineux), la société que ce maçon écologiste a créée en 1996 avec une vingtaine d’amis pour « prouver en grandeur nature qu’il est possible de fabriquer son énergie sans aucune tutelle, gouvernementale ou économique ». Cinq ans plus tard, l’expérience touche à sa fin. Si la fabrication et l’utilisation du carburant végétal n’ont posé aucun problème, Valénergol n’a en revanche pas réussi à s’affranchir de la tutelle fiscale. Saisis d’une plainte de la direction nationale des enquêtes douanières, le tribunal de police d’Agen a condamné les deux gérants de l’entreprise, le 18 octobre, à verser 33 000 francs au Trésor pour avoir vendu à des automobilistes « au minimum 10 000 litres d’huile de tournesol » sans payer la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP), dont sont exonérés tous les biocarburants – à la seule exception des huiles brutes de tournesol, de colza ou de noix de coco. Selon Markus Gröber, propriétaire d’une petite huilerie artisanale près d’Agen, qui alimente trois tracteurs en carburant, « l’huile qu’on produit pour les moteurs n’a qu’un seul défaut : elle est beaucoup trop simple à faire ». « Les douanes ne veulent pas en entendre parler », poursuit Etienne Poitrat, responsable des biocarburants à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

För staten som mottar årligen 160 miljarder franc under TIPP är risken för skatteflykt tas allvarligare eftersom produktionen av detta bränsle är okontrollerbar och dess tillverkningsprocess inom räckhåll för alla. Bara en liten 30 000 frankeringsmaskin, en eller två plasttankar och några hundra kaffefilter, undrade Mr JUSTE, som tinkered ett batteri av tåg för att avlägsna föroreningar från denna viskösa vätska sålde 4 francs liter. Den låga kostnaden för olja (exklusive skatter) och enbart tullens vaksamhet förklarar inte den embryonala utvecklingen av denna förnybara energikälla, som är känd för bilister i mer än ett sekel.

Om mer än hundra bilister använder det varje dag i Frankrike, har bara ett dussin juridiska försök gjorts hittills på jordbruksmaskiner.

C’est qu’il faut bien du courage ou de l’inconscience pour utiliser cette huile condamnée scientifiquement, dès 1993, dans un rapport controversé remis au premier ministre. Rédigé par Raymond Levy, ancien PDG de Renault et ex-numéro deux d’Elf, le document expliquait en trois lignes comment l’utilisation directe de l’huile « encrasse les cylindres » des moteurs dont elle « détériore la qualité des lubrifiants ». Un an plus tôt, un jeune docteur de l’université de Poitiers, Gilles Vaïtilingom, avait pourtant consacré sa thèse aux applications d’une huile pouvant être utilisée sans aucun problème dans tous les moteurs Diesel à injection indirecte. Le chercheur n’a jamais été consulté. Le rapport Levy répondait à une commande bien précise : celle d' »accroître la compétitivité de la filière diester », fabriqué à partir de colza, par rapport au gazole pour fournir un nouveau débouché industriel aux producteurs d’oléagineux. Désemparés par la réforme de la politique agricole commune qui les obligeait à geler 10% de leurs terres, ceux-ci se voyaient offrir, avec le diester, un débouché inespéré pour la culture de leurs jachères, autorisée à des fins énergétiques. Toutes les coopératives agricoles et les petits négociants sont alors entrés au capital de Sofiprotéol, l’organisme financier de la filière oléagineuse, qui a investi des centaines de millions de francs dans la construction de trois usines chimiques d’estérification. « La filière a été bien verrouillée par les professionnels du métier », résume Jean-Marie Charles, au secrétariat d’Etat à l’industrie. « Les producteurs ne maîtrisent plus rien, ajoute Monsieur Gröber, également producteur de tournesol biologique. Toute l’huile part dans une seule usine à laquelle nous sommes obligés de vendre. »

Gynnsamma studier

Un dernier acteur devait enfin contribuer à ce que la production d’huile végétale ne serve qu’à l’alimentation. L’Ademe, où tous les grands énergéticiens français (TotalFinaElf, EDF, GDF, Rhône Poulenc, etc.) sont représentés au conseil d’administration, et qui fournit à elle seule l’ensemble des expertises aux pouvoirs publics sur les énergies renouvelables, n’a jamais caché ses doutes sur les qualités « peu fiables » des huiles végétales. « Pour bénéficier du soutien de l’Ademe, il fallait qu’on s’engage à acheter à 8 francs le litre des huiles aux industriels et partenaires de Sofiprotéol, soit le triple du prix auquel nous pouvions la fabriquer nous-mêmes », se souvient Jean-Loup LESUEUR, président de l’association Agriculture et énergies vertes, l’un des tout premiers automobilistes français à rouler au tournesol. Présenté aux experts de l’Ademe, en 1998, dans le cadre d’un concours national sur la production de biocarburants, le projet de Valénergol n’a pas eu la chance d’être retenu, officiellement au motif qu’il était trop ambitieux. Mais pour Monsieur POITRAT, « c’est le ministère des finances qui s’est opposé à son financement ».

Inför industrins monopol var de tekniska låserna, de ogynnsamma studierna, undantaget för TIPP reserverade för den enda esterkedjan, inte bara hantverkare av råoljaolja utan annat än att driva sig ensam och utan offentligt stöd, ibland olagligt, deras erfarenheter av karburation. Andra organisationer, som det regionala rådet för Midipyrenéerna, bedömde processen tillräckligt lovande att acceptera, mot Mr POITRATs åsikter till Ademe, att finansiera sitt projekt genom att betala TIPP på varje liter vegetabiliskt bränsle som konsumeras med traktorer. Inleddes i november 1999, är experimentet på gång.

Världen, pappersutgåva, oktober 2001


Facebook kommentarer

Lämna en kommentar

Din e-postadress kommer inte att publiceras. Obligatoriska fält är markerade *